Wall Street signe une hausse spectaculaire après l’engagement de la Fed

 La Bourse de New York a clôturé sur un impressionnant rebond mardi, après ses lourdes pertes de la veille, à la suite de l'engagement de la banque centrale américaine en faveur de taux d'intérêt quasi nuls jusqu'en 2013: le Dow Jones a gagné 3,98% et le Nasdaq 5,29%.Selon des chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a grimpé de 429,92 points à 11.239,77 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 124,83 points à 2.482,52 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a avancé de 4,74% (ou 53,07 points) à 1.1172,53 points.

Dans des échanges encore très étoffés, et après de multiples rebondissements, les trois indices ont repris une bonne partie des lourdes pertes cédées lundi, séance au cours de laquelle le Dow Jones avait lâché plus de 600 points.

Ils ont accéléré leurs gains à un rythme effréné dans les toutes dernières minutes de la séance.

Wall Street avait ouvert sur un rebond, les regards fixés vers la Réserve fédérale, dont la réunion ordinaire du comité de politique monétaire prenait des allures de réunion de crise après la récente débâcle des marchés financiers.

La publication de son communiqué en début d'après-midi a déclenché une série de revirements, le Dow Jones abandonnant dans les minutes qui ont suivi jusqu'à plus de 1%, avant de décoller de façon spectaculaire.

"D'un point de vue négatif, les commentaires indiquent que l'économie a encore ralenti tout comme le rythme des embauches. Ce n'est pas quelque chose d'encourageant que l'on a envie d'entendre de la part du président de la Fed", a expliqué Michael James, de Wedbush Morgan Securities.

Mais d'un autre côté, l'institution a annoncé qu'elle allait garder son taux d'intérêt directeur près de zéro "au moins jusque mi-2013" et qu'elle envisageait de nouvelles mesures de relance pour aider l'économie, a souligné l'analyste. C'est la première fois que la Fed prend un engagement aussi précis dans le temps.

"Dans un contexte d'alternatives très limitées en termes de mesures, la décision d'aujourd'hui est un pas important vers plus de générosité en termes de politique monétaire, ce qui devrait être d'une manière générale un facteur de soutien au marché", a estimé Inna Mufteeva, de Natixis.

Le marché obligataire, qui se repliait fortement avant les annonces de la Fed, a lui aussi bondi. Il a ainsi poursuivi son envolée enregistrée sous le coup des incertitudes économiques, qui ont poussé les investisseurs à trouver refuge dans les actifs les plus sûrs.

Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,182% contre 2,339% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,573% contre 3,663%.

Le marché a une nouvelle fois démontré sa forte propension à la volatilité.

"La baisse considérable que l'on a eue ces deux dernières semaines garantit une volatilité persistante", a souligné Michael James.

"Les investisseurs et courtiers sont fort anxieux à l'idée que les marchés poursuivent leur repli, et au moment même où certains réalisent que les actifs ont été exagérément vendus, tentent d'acheter des titres et de le faire au plus bas du marché", a précisé l'analyste.

Le rebond du marché a été emmené par les valeurs de l'énergie et de la banque, qui avaient été laminées dans la débâcle des marchés financiers.

Le titre Bank of America, qui avait dévissé de 20% lundi, a repris 16,74% à 7,60 dollars. JPMorgan Chase a engrangé 6,87% à 36,40 dollars, Citigroup 13,85% à 31,82 dollars et Wells Fargo 8,07% à 24,78 dollars.

Parmi les autres progressions notables se trouvaient le producteur d'aluminium Alcoa (+8,03% à 12,24 dollars) ou encore le constructeur d'engins mécaniques Caterpillar (+5,91% à 87,48 dollars).