Wall Street monte malgré des indicateurs décevants aux USA

 La Bourse de New York montait nettement mardi en matinée, malgré la publication d'indicateurs économiques décevants aux Etats-Unis, les investisseurs pariant sur l'annonce de mesures monétaires pour relancer l'économie: le Dow Jones gagnait 1,16% et le Nasdaq 1,65%.Vers 14H40 GMT, le Dow Jones Industrial Average progressait de 125,71 points à 10.980,36 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 38,69 points à 2.384,07 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 progressait de 1,28% (14,38 points) à 1.138,20 points.

Lundi, Wall Street avait signé un modeste rebond, après une nouvelle semaine noire: le Dow Jones avait gagné 0,34%, le Nasdaq 0,15% et le S&P 500 0,03%.

En légère hausse à l'ouverture, les indices new-yorkais ont accéléré à la publication de deux statistiques inquiétantes aux Etats-Unis.

Les ventes de maisons individuelles neuves y ont baissé en juillet pour le troisième mois d'affilée (-0,7%), alors que les économistes espéraient une stabilisation.

L'indice de la banque centrale mesurant l'activité industrielle dans la région de Richmond (Virginie, sud-est), est ressorti négatif, et bien plus faible qu'attendu.

"En ayant deux statistiques très, très mauvaises, le marché a une réaction positive. Cela montre à quel point on attend que, face à une économie très faible, de nouvelles mesures soient annoncées", a expliqué Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets.

Ben Bernanke, président de la banque centrale américaine (Fed), doit s'exprimer vendredi lors d'une conférence organisée à Jackson Hole (Wyoming, ouest). Certains analystes spéculent sur l'annonce de nouvelles mesures de relance à l'économie, comme le responsable l'avait fait l'an dernier lors du même événement.

"Les marchés ont la mémoire courte", puisque les précédentes mesures de relance monétaire "n'ont pas vraiment aidé l'économie, mais elles ont aidé les marchés", a relevé M. Volokhine.

En attendant cet événement, "des indicateurs économiques positifs en Chine et en Europe ont donné aux investisseurs des raisons tangibles de se réjouir ce mardi", a estimé Sarah Wasserman, de Schaeffer's Investment.

Dans la zone euro, l'indice PMI de la banque HSBC a reflété une stagnation de la croissance de l'activité privée en août, alors que les économistes s'attendaient à un nouveau ralentissement.

En Chine, l'indice PMI a montré une légère contraction de l'activité manufacturière en août, mais moins marquée qu'en juillet.

Ce dernier chiffre "a été à la source de la hausse des marchés" de la planète mardi, à commencer par les Bourses asiatiques, tandis que les spéculations de nouvelles mesures de relance par la Fed l'ont "entretenue", a estimé Chris Low, de FTN Financial, se disant "sceptique" face à l'idée d'une annonce importante.

Bank of America poursuivait sa dégringolade, cédant 1,56% à 6,32 dollars, après un plongeon de presque 8% lundi. Le marché craint que l'établissement ne soit contraint à une augmentation de capital, a expliqué Gregori Volokhine.

Lockheed Martin montait de 1,83% à 71,20 dollars. Le groupe de défense va acquérir la société QTC, spécialisée dans les évaluations médicales, pour un prix non communiqué.

Le producteur de ketchup HJ Heinz chutait de 3,46% à 50,24 dollars. Il a publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, mais évoqué un "environnement économique difficile" et s'est inquiété de l'augmentation des coûts des matières premières", ont relevé les analystes de Charles Schwab.

McGraw-Hill gagnait 2,25% à 37,88 dollars. Elle a annoncé le remplacement du président de l'agence Standard & Poor's, l'une de ses filiales: Deven Sharma va céder son poste à Douglas Peterson, un dirigeant de la banque Citigroup (+1,57% à 26,47 dollars).

Le marché obligataire baissait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,108% contre 2,088% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,436% contre 3,400% la veille.