Wall Street fléchit avant le week-end et ajoute aux pertes de la veille

 La Bourse de New York a fini en nette baisse vendredi à l'issue d'une séance hésitante, où les craintes sur l'économie et un retour en récession l'ont emporté, ajoutant aux lourdes pertes de la veille: le Dow Jones a perdu 1,57% et le Nasdaq 1,62%.Selon des chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a cédé 172,93 points à 10.817,65 points, se maintenant au-dessus de sa clôture du 10 août, et le Nasdaq 38,59 points à 2.341,84 points. C'est le plus bas niveau de clôture de l'indice à dominante technologique depuis près d'un an.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 1,50% (17,12 points) à 1.123,53 points.

"La peur se maintient", a observé Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital. "Vendredi, en l'absence d'indicateurs économiques, les opérateurs ont continué à vendre".

Le marché avait pourtant entamé un rebond dans la matinée, soutenu par des facteurs techniques avec l'arrivée à expiration d'options sur des titres.

La volatilité du marché est restée élevée alors que les craintes sur l'économie, exacerbées par la crise financière en zone euro et les inquiétudes grandissantes sur un retour en récession aux Etats-Unis, ne s'apaisaient pas.

Après les abaissements de prévisions de Morgan Stanley jeudi sur l'économie mondiale, les analystes de JPMorgan Chase et Wells Fargo ont révisé sèchement leurs prévisions de croissance aux Etats-Unis.

Les analystes de JPMorgan estiment que "les risques de récession sont clairement élevés".

"Les stratégistes abaissent leurs prévisions de croissance, mais les analystes ne font que commencer maintenant à baisser leurs prévisions sur les résultats de société", a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets, un processus qui pourrait entretenir la baisse du marché.

"Il n'y a pas d'acheteurs. Ils se sont tous rués vers les valeurs refuge" comme les bons du Trésor ou l'or, qui est monté à un nouveau sommet historique, a souligné Peter Cardillo.

Sur le marché obligataire, le rendement du bon du Trésor à 10 ans, qui évolue à l'inverse des prix, s'est replié à 2,071% contre 2,083% jeudi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,390% contre 3,442%.

L'effondrement du titre du fabricant d'ordinateurs Hewlett-Packard (-20,03% à 23,60 dollars), composant de l'indice Dow Jones, n'a pas aidé à alimenter la confiance du marché.

Les investisseurs ont accueilli avec inquiétude le brusque changement de cap du groupe, censé pourtant le réorienter vers des activités plus lucratives, et ont reçu froidement des prévisions de résultats décevantes.

Le titre a emmené dans son sillage ceux de l'informaticien IBM (-3,84% à 157,54 dollars) et Microsoft (-2,51% à 24,05 dollars).

L'établissement Bank of America (-0,57% à 6,97 dollars) va supprimer environ 3.500 postes au cours de ce trimestre en plus de 2.500 réductions d'emplois déjà effectuées cette année.

Le constructeur aéronautique Boeing (-2,36% à 57,54 dollars) a reçu la certification des autorités américaines et européennes pour la version cargo de son nouveau gros porteur 747-8.