Wall Street finit en modeste hausse, soutenue par la Chine et la Fed

 La Bourse de New York a fini en hausse mercredi, soutenue par des espoirs de nouvelles mesures de soutien de la Fed à l'économie et par la solide croissance chinoise, malgré une nette réduction de ses gains en fin de séance: le Dow Jones a gagné 0,36% et le Nasdaq 0,54%.Selon des chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a pris 44,73 points à 12.491,61 points, et le Nasdaq, à dominante technologique 15,01 points à 2.796,92 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a progressé de 0,31% (ou 4,08 points) à 1.317,72 points.

Les indices ont fini de justesse dans le vert après trois séances de net repli, alors même que le Dow Jones a grimpé jusqu'à plus de 160 points pendant la séance.

"C'est une journée décevante, pour être honnête", a estimé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

"Le marché s'est emballé pendant l'audition (de Ben Bernanke) mais au moment où le micro s'est éteint, la hausse du marché s'est éteinte aussi", a ajouté l'analyste.

Les indices ont progressé de plus de 1% à la lecture de l'intervention du président de la Réserve fédérale Ben Bernanke devant des représentants américains, "principalement parce que l'institution a indiqué que, si besoin, elle était prête à fournir un soutien supplémentaire" à l'économie américaine, a indiqué Scott Marcouiller, de Wells Fargo Advisors.

Evaluant plusieurs scénarios possibles, Ben Bernanke a estimé "possible que la faiblesse récente de l'économie dure davantage que prévu et que réapparaissent des risques de déflation, ce qui rendrait nécessaire un soutien de politique monétaire supplémentaire en faveur de l'économie".

"Les investisseurs se basent sur leur expérience la plus récente. Tout ce qu'ils savent, c'est que la deuxième vague de mesures de soutien à l'économie a été bonne pour le marché boursier", a souligné Scott Marcouiller.

Avant d'accélérer leur progression, les indices avaient été soutenus dès l'ouverture par les chiffres de la croissance chinoise, qui n'a que légèrement fléchi à 9,5% au deuxième trimestre contre 9,7% au premier.

"L'information-clé maintenant va venir des résultats d'entreprises, et ils vont commencer à déferler", a indiqué Mace Blicksilver. Les chiffres de la banque JPMorgan Chase, à paraître jeudi avant la clôture, étaient très attendus.

Le titre a fini en hausse de 0,58% à 39,62 dollars.

Le groupe News Corp (+3,78% à 15,93 dollars), détenu par le magnat Rupert Murdoch, a abandonné son projet très controversé d'un rachat total du bouquet britannique de chaînes par satellite BSkyB, en plein scandale des écoutes téléphoniques ayant conduit à la fermeture de son tabloïd News of the World.

L'éditeur de jeux vidéos Electronic Arts (-1,08% à 23,91 dollars) a annoncé des "résultats préliminaires" meilleurs que prévu pour le trimestre clos fin juin, assortis toutefois de prévisions en-deçà des attentes pour le trimestre suivant. Il va par ailleurs racheter son concurrent PopCap Games, spécialiste des jeux sur appareils portables et sur réseaux sociaux, pour une somme pouvant aller de 750 millions à 1,3 milliard de dollars.

Kinetic Concepts (+5,80% à 68,23 dollars), spécialiste des techniques de cicatrisation, va être racheté par un consortium mené par le fonds Apax Partners sur la base d'une valorisation de 6,3 milliards de dollars (dette comprise).

Le marché obligataire est finalement monté. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,891% contre 2,908% mardi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,179% contre 4,191%.