Wall Street finit en hausse, optimiste pour la Grèce

 La Bourse de New York a fini en hausse lundi, les investisseurs se montrant confiants dans les chances de déblocage d'argent frais pour la Grèce afin de lui éviter le défaut de paiement: le Dow Jones a gagné 0,63% et le Nasdaq 0,50%.Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 76,02 points à 12.080,38 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 13,18 points à 2.629,65 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 est monté de 0,54% (6,86 points) à 1.278,36 points.

"Tous les jours, le marché regarde la Grèce, parce qu'il ne veut pas d'un défaut de paiement technique. Cela provoquerait une réaction en chaîne", a relevé Marc Pado, de Cantor Fitzgerald.

Les indices de Wall Street avaient démarré la séance dans le rouge. Dimanche soir, les ministres des Finances de la zone euro ont repoussé à juillet le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide à Athènes, alors que le marché espérait des avancées plus concrètes.

Mais "les assurances ont pris le dessus au cours de la journée" lundi, a expliqué Marc Pado.

Une nouvelle réunion a été annoncée pour le 3 juillet, destinée à finaliser l'aide à la Grèce. Entre temps, le Parlement grec doit se prononcer sur un nouveau train de mesures d'austérité, auxquelles est conditionné le versement d'argent frais.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, s'est dit "certain que la Grèce sera capable de prendre les décisions nécessaires".

"La tonalité (des déclarations) s'est améliorée", a reconnu Michael James, de Wedbush Morgan Securities.

Plus généralement, "les investisseurs commencent à être fatigués de vendre. Le marché s'est beaucoup affaibli depuis un mois et demi, essentiellement à cause des inquiétudes pour l'Europe. Au niveau actuel, les gens sont plus confiants pour acheter des actions", a-t-il ajouté.

Le Dow Jones a enregistré la semaine dernière sa première hausse hebdomadaire (+0,44%) après six semaines consécutives dans le rouge. Mais il reste en baisse d'environ 7% par rapport à ses sommets d'avril.

"La valeur des actions commence à devenir intéressante, alors que les entreprises américaines disposent de liquidités assez abondantes", a commenté Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

Le Dow Jones a été soutenu par Caterpillar (+2,32% à 98,18 dollars), qui a bénéficié d'une recommandation à l'achat de la part des analystes de Raymond James.

Wal-Mart a pris 0,42% à 53,04 dollars. La Cour suprême des Etats-Unis a jugé irrecevable la plainte en nom collectif de plus d'un million et demi d'employées et anciennes employées du géant de la distribution pour discrimination salariale.

L'avionneur Boeing a gagné 0,49% à 74,52 dollars. Il a reçu des commandes fermes atteignant 3,435 milliards de dollars pour 22 appareils au Salon aéronautique du Bourget.

A l'inverse, le secteur bancaire a été sous pression alors que les analystes de Citigroup ont abaissé leurs prévisions de bénéfices pour Goldman Sachs (-1,52% à 135,14 dollars), Morgan Stanley (-1,93% à 22,39 dollars), Bank of America (-0,75% à 10,60 dollars) et JPMorgan Chase (-0,78% à 40,48 dollars).

PNC Financial Services a perdu 1,96% à 56,66 dollars. L'établissement va acheter les activités de banque de détail aux Etats-Unis de la Banque royale du Canada (RBC), pour 3,45 milliards de dollars.

Research In Motion (RIM) a dégringolé de 6,70% à 25,89 dollars. Le fabricant du téléphone multifonctions BlackBerry avait déjà plongé de 21,45% vendredi, au lendemain de la publication de ventes décevantes.

Le marché obligataire s'est stabilisé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans s'est établi à 2,963%, contre 2,944% vendredi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,204% contre 4,203%.