Wall Street finit en forte hausse, au plus haut depuis le 3 août

 La Bourse de New York a entamé la semaine sur une forte hausse lundi, dopée par la bonne tenue de la consommation aux Etats-Unis, où la facture de l'ouragan Irène semble par ailleurs moins lourde que prévu: le Dow Jones a gagné 2,26% et le Nasdaq 3,32%.Selon les chiffres définitifs, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 254,71 points à 11,539,25 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 82,26 points à 2.562,11 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est adjugé 2,83% (33,28 points) à 1.210,08 points.

L'indice phare de Wall Street, qui avait rebondi de 4,3% la semaine dernière après un mois de chute, signe sa cinquième séance de hausse en six séances, ce qui l'emmène au plus haut depuis le 3 août.

Les investisseurs ont été rassurés par les premières estimations de dégâts causés par l'ouragan Irène sur la côte est des Etats-Unis. La société de gestion du risque Eqecat a chiffré les dommages à 5 à 7 milliards de dollars, alors que certaines projections avant le week-end dépassaient les 10 milliards de dollars.

Parmi les assureurs, Travelers a bondi de 5,07%, AIG de 7,48%, Allstate de 8,50%, Harford Financial de 12,97%. Les compagnies aériennes, malgré l'annulation de plusieurs milliers de vols, se sont aussi bien orientées: American Airlines a gagné 8,59%, Delta Air Lines 5,34%, United Continental 3,74%.

"Les dégâts sont réduits, on voit que les débris sont déjà évacués et que les transports ont redémarré", a estimé Lindsey Piegza, de FTN Financial.

"C'est une bonne nouvelle. On voit aussi que les chiffres de la consommation sont meilleurs que prévu: les consommateurs sont toujours là et dépensent, ce qui permet d'entamer le troisième trimestre sur une tonalité positive", a-t-elle poursuivi.

Les dépenses de consommation des ménages ont rebondi aux Etats-Unis en juillet de manière plus marquée que prévu (+0,8%).

Cet indicateur a conforté les investisseurs, déjà rassurés vendredi par un discours du président de la banque centrale américaine Ben Bernanke. Il s'est dit confiant à propos de la croissance, tout en assurant que l'institution ferait son possible pour soutenir l'économie.

En revanche, les promesses de vente de logements ont rechuté de 1,3% en juillet, un chiffre proche des attentes des analystes.

"Le marché continue de se reprendre après la chute observée pendant une grande partie de l'été. Les actions sont tombées à des niveaux attractifs, surtout les noms de grande qualité", c'est à dire les entreprises les plus solides, a expliqué Andrew Fitzpatrick, de Hinsdale Associates.

Sur les 30 valeurs composant le Dow Jones, seul le spécialiste du bricolage Home Depot a fini dans le rouge, et de justesse (-0,03% à 33,99 dollars).

Bank of America (+8,12% à 8,39 dollars) va vendre environ la moitié de sa participation dans China Construction Bank (CCB), pour un total de 8,3 milliards de dollars, une somme qu'elle emploiera en grande partie pour renforcer son capital.

Le titre a emmené le secteur financier, qui a aussi été stimulé par "l'annonce que deux banques grecques avaient accepté de fusionner pour combattre la crise de la dette", Eurobank et Alpha, ont relevé les analystes de Charles Schwab.

Pfizer a pris 3,68% à 18,88 dollars et Bristol Myers Squibb 1,98% à 29,29 dollars. Les laboratoires pharmaceutiques ont fait état des résultats encourageants d'une vaste étude portant sur une nouvelle molécule susceptible de réduire la fréquence des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

A contre-courant, le groupe agrochimique Monsanto a cédé 1,27% à 69,78 dollars. Selon une étude révélée par le Wall Street Journal, l'un de ses maïs génétiquement modifiés pour résister aux attaques d'un insecte ne remplit plus son rôle.

Le marché obligataire a baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 2,271% contre 2,188% vendredi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,623% contre 3,534%.