Wall Street démarre en nette hausse après le passage d’Irène

 La Bourse de New York évoluait en forte hausse lundi en matinée, stimulée par un indicateur sur la consommation aux Etats-Unis alors que l'ouragan Irène semble avoir causé moins de dégâts que prévu aux Etats-Unis: le Dow Jones gagnait 1,65% et le Nasdaq 2,22%.Vers 14H30 GMT, le Dow Jones Industrial Average montait de 186,03 points à 11,470,57 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 54,96 points à 2.534,81 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 progressait de 1,95% (22,90 points) à 1.199,70 points.

Vendredi, Wall Street avait fini en nette hausse, le président de la banque centrale américaine (Fed) se montrant confiant en la croissance: le Dow Jones avait gagné 1,21%, le Nasdaq 2,49% et le S&P 500 1,51%

Sur l'ensemble de la semaine dernière, l'indice phare new-yorkais a rebondi de 4,3%, après quatre semaines d'affilée de chute.

"Après avoir enregistré une bonne progression la semaine dernière, le marché boursier poursuit sur sa lancée alors que l'ouragan Irène est passé et semble avoir causé moins de dommages que prévu", ont expliqué les analystes de Charles Schwab.

Irène a ravagé pendant le week-end la côte est des Etats-Unis, faisant des victimes et provoquant des dégâts évalués par la société de gestion du risque Eqecat à 5 à 7 milliards de dollars. Mais certaines projections avant le week-end avançaient des chiffres dépassant les 10 milliards de dollars.

L'ouragan a été rétrogradé au statut de tempête tropicale avant d'atteindre New York, laissant la ville relativement épargnée et permettant aux marchés d'ouvrir sans heurt lundi.

Parmi les assureurs, Travelers bondissait de 4,70%, AIG de 4,00%, Allstate de 7,05%, Harford Financial de 6,84%.

Les compagnies aériennes, malgré l'annulation de plusieurs milliers de vols, étaient aussi bien orientées: American Airlines bondissait de 5,83%, Delta Air Lines de 3,64%, United Continental de 3,74%.

Sur le front macro-économique, les dépenses de consommation des ménages ont rebondi aux Etats-Unis en juillet de manière plus marquée que prévu (+0,8%).

Cet indicateur a conforté les investisseurs, déjà rassurés vendredi par un discours du président de la banque centrale américaine Ben Bernanke. Il s'est dit confiant à propos de la croissance, tout en assurant que l'institution ferait son possible pour soutenir l'économie.

"Il n'a pas fourni d'indication claire sur la mise en place de nouveaux rachats d'actifs (sur les marchés pour soutenir l'économie), mais, ce qui est important pour le marché, il n'a pas fourni d'indication claire les excluant", a relevé Patrick O'Hare, du site financier Briefing.com.

En revanche, les promesses de vente de logements ont rechuté de 1,3% en juillet, un chiffre proche des attentes des analystes.

La semaine s'annonce chargée en indicateurs économiques, avec surtout vendredi les statistiques mensuelles de l'emploi.

Bank of America gagnait 4,62% à 8,12 dollars. La banque va vendre environ la moitié de sa participation dans China Construction Bank (CCB), pour un total de 8,3 milliards de dollars, une somme qu'elle emploiera en grande partie pour renforcer son capital.

Pfizer montait de 3,19% à 18,79 dollars et Bristol Myers Squibb de 1,85% à 29,25 dollars. Les laboratoires pharmaceutiques ont fait état des résultats encourageants d'une vaste étude portant sur une nouvelle molécule susceptible de réduire la fréquence des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Capital One prenait 2,40% à 45,29 dollars. La banque centrale va tenir trois réunions publiques sur l'acquisition par l'établissement de la filiale américaine de banque en ligne du néerlandais ING pour 9 milliards de dollars.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,277% contre 2,188% vendredi soir, et celui du bon à 30 ans à 3,629% contre 3,534%.