Stiglitz, prix Nobel d’Economie, presse la BCE de baisser ses taux

 L'économiste américain Joseph Stiglitz, prix Nobel en 2001, appelle la Banque centrale européenne (BCE) à baisser son taux directeur, dans un entretien paru lundi dans le quotidien allemand Handelsblatt."La BCE devrait revenir sur ses deux précédentes hausses" d'avril et juillet, qui ont fait passer son taux directeur de 1% à 1,5%, a dit M. Stiglitz.

L'économiste, connu pour sa critique du libéralisme pur et dur, estime que l'institution de Francfort devrait tenir compte davantage de son homologue américaine, la Fed, qui entend maintenir son taux à 0% pendant deux ans.

"La politique monétaire actuelle de la BCE fait grimper l'euro et fait du mal aux exportateurs allemands", a-t-il dit.

Les économistes s'attendent désormais à ce que la BCE ne touche plus à son taux d'intérêt cette année en raison de la nouvelle flambée de la crise de la dette, alors qu'auparavant l'institution semblait décidée à durcir encore sa politique monétaire à l'automne.

M. Stiglitz a par ailleurs répété son opinion selon laquelle, si la zone euro venait à imploser, "il serait sans doute mieux que l'Allemagne quitte l'union monétaire plutôt que d'en expulser la Grèce."

L'économiste se déclare par ailleurs une nouvelle fois en faveur d'obligations européennes ou "eurobonds", "un bon instrument pour maîtriser la crise".