Russie: succès pour Airbus au premier jour du salon aéronautique Maks

 La deuxième compagnie aérienne russe Transaero a annoncé mardi son intention d'acheter 12 A320neo, le moyen-courrier de l'avionneur européen Airbus, qui entend faire de la Russie une de ses priorités.Transaero et Airbus ont signé un protocole d'accord "sur l'achat de huit avions A320neo. L'accord prévoit également une option pour l'achat de quatre autres avions de ce type", a déclaré à l'AFP le porte-parole du groupe russe, Sergueï Bykhal.

Le document a été signé lundi mais l'annonce n'a été faite que mardi, au premier jour du salon aéronautique international Maks, qui doit se tenir jusqu'à dimanche à Joukovski, en banlieue de Moscou.

"Le montant du contrat est un secret commercial. Le prix catalogue de huit avions est de 712 millions de dollars", a précisé M. Bykhal, ajoutant que les livraisons commenceraient à partir de 2017 et s'étendraient sur deux ans.

Transaero devient ainsi "le premier acheteur d'Airbus A320neo en Russie, CEI (11 ex-républiques soviétiques) et en Europe de l'Est", souligne par ailleurs le groupe russe dans un communiqué.

Les A320neo, qui seront exploités sur des vols moyen-courriers, sont une version nouvellement motorisée de l'A320 classique qui permet, selon Airbus, de consommer 15% de moins de carburant, un enjeu crucial pour les compagnies aériennes.

Le programme est un succès commercial pour l'avionneur européen qui a déjà obtenu, depuis son lancement en décembre 2010, 1.200 commandes et engagements pour des A320neo.

L'accord annoncé mardi représente un changement de cap chez Transaero, qui s'était jusqu'ici équipé quasi exclusivement chez l'avionneur américain Boeing, féroce concurrent d'Airbus en Russie.

"C'est un tout nouvel accord pour nous", a souligné Christopher Buckley, vice-président d'Airbus pour l'Europe, l'Asie et le Pacifique, précisant toutefois que la compagnie russe avait "il y a très très longtemps" possédé des A310.

Transaero, qui a effectué son premier vol en 1991, possède un parc de 67 avions et dessert plus de 130 destinations en Russie, en Europe, Asie, Amérique et Afrique.

"Transaero est un opérateur traditionnel de Boeing et c'est extrêmement important pour nous de créer une brèche", a déclaré M. Buckley, interrogé par l'AFP.

"Nous ne pouvons pas gagner tous les contrats", a réagi pour sa part lors d'une conférence de presse Sergueï Kravtchenko, président en Russie de Boeing.

Outre cette commande de huit avions avec une option pour quatre appareils supplémentaires, Airbus pourra fournir "jusqu'à 20 A320neo" supplémentaires à Transaero, a par ailleurs indiqué M. Buckley.

Une perspective alléchante, alors que le géant européen voit en la Russie "un de ses cinq marchés stratégiques prioritaires", selon M. Buckley, qui a par ailleurs signé mardi avec la compagnie russe VSMPO-Avisma un accord pour la fourniture jusqu'en 2020 de titane destiné à la fabrication des trains d'atterrissage de l'A350-1000.

Pour l'heure, Airbus a fourni environ 200 avions en Russie, selon M. Buckley.

Boeing en a lui vendu 265 à 23 compagnies, a indiqué de son côté M. Kravtchenko, estimant qu'au total, les compagnies aériennes de la Communauté des Etats Indépendants (ex-pays de l'URSS, sauf les pays Baltes et la Géorgie") allaient avoir besoin dans les prochaines années de 1080 nouveaux avions, ce qui représente un montant de 11O milliards de dollars.

"C'est un très gros marché. Il y aura de la place pour tous les fabricants", a-t-il relevé.