Renault: résultats semestriels en hausse mais l’impact du Japon pèse

 Renault a publié jeudi des résultats en hausse au premier semestre et a confirmé ses objectifs annuels, malgré des difficultés d'approvisionnement et le séisme au Japon qui lui a déjà coûté 150 millions d'euros et devrait encore avoir un impact de 50 millions au second semestre.Le bénéfice net part du groupe a progressé de 56% à 1,2 milliard d'euros, selon un communiqué.

Cette hausse marquée s'explique en partie par des éléments exceptionnels, a indiqué le directeur financier Dominique Thormann à des journalistes.

Renault a bénéficié de frais financiers moins lourds que l'an dernier car il a remboursé le prêt accordé par l'Etat français au moment de la crise. Il a également profité de plus-values tirées de la vente de terrains en France et de la contribution des sociétés dont il est actionnaire (le japonais Nissan, le suédois Volvo et le russe Avtovaz).

Le chiffre d'affaires a progressé de 7,3% à 21,1 milliards, grâce à des ventes record de 1,4 million de véhicules sur les six premiers mois de l'année.

La marge opérationnelle du groupe recule en revanche de 19% à 630 millions et celle de sa division automobile, la plus importante, tombe à 221 millions.

Ceci s'explique par des contraintes d'approvisionnement qui ont fait plonger les immatriculations du groupe en France ces derniers mois, mais aussi par des effets de change négatifs et la hausse du coût des matières premières.

Renault la chiffre à 313 millions d'euros au premier semestre et "la tendance au deuxième semestre sera semblable", selon M. Thormann. En début d'année, le constructeur avait estimé cet impact entre 450 et 400 millions.

A cela s'ajoute les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé le Japon le 11 mars. Ils ont déjà pesé à hauteur de 150 millions d'euros sur la marge opérationnelle de la division automobile et il faudra ajouter 50 millions au second semestre, selon Renault.

Ces montants sont inférieurs à ceux chiffrés mercredi par le premier constructeur français, PSA Peugeot Citroën, pour qui le séisme a pesé à hauteur de 147 millions d'euros au premier semestre sur ses résultats et qui devrait encore l'impacter à hauteur de 100 millions au second semestre.

Renault a également confirmé sa prévision annuelle d'un flux de trésorerie (free cash flow) opérationnel pour sa division automobile de plus de 500 millions d'euros sur l'année.

Il s'attend à un marché (véhicules particuliers et utilitaires) en léger recul (-2%) en Europe cette année et en baisse de 4 à 6% en France, tandis que les marchés émergents devraient continuer à croître. Dans ce contexte, Renault table pour 2011 sur "des volumes de ventes et un chiffre d'affaires supérieurs à 2010", où il avait atteint 38,9 milliards.