Opération coup de poing dans les fast-foods et vente à emporter: 9 fermetures

 Une opération coup de poing administrative dans la restauration rapide et la vente à emporter juste avant les grands départs en vacances s'est soldée par 9 fermetures temporaires d'établissements, 43 procès-verbaux et 140 mises en demeures administratives, selon des chiffres obtenus par l'AFP.Les services de la répression des fraudes (directions départementales chargées de la protection des populations, ex DGCCRF) ont visité 1.725 établissements (1.426 restauration rapide et 299 vente à emporter) du 27 juin au 1er juillet.

Cette opération nationale de contrôles renforcés a été lancée par les ministères du Tourisme et de la Consommation ainsi que de l'Agriculture "compte tenu de l'inquiétude d'un certain nombre de consommateurs", a souligné à l'AFP le secrétaire d'Etat à la Consommation et au Tourisme Frédéric Lefebvre en pointant le "nombre élevé d'infractions, à près de 11%".

Sur les neuf fermetures d'établissements, 8 concernent des enseignes indépendantes, précise le communiqué commun publié par les deux ministères.

40 saisies de produits ont également été réalisées et 241 avertissements et rappels de réglementations lancés.

Ainsi dans les Alpes-Maritimes, 387 kilos de viande ont été détruits et la fermeture temporaire de l'établissement d'une enseigne ordonnée. Chez un indépendant, ce sont 24 kilos de denrées qui ont été détruits et le lieu fermé temporairement.

Devant une "maîtrise insuffisante de la réglementation" concernant notamment le non-respect des températures ou l'hygiène, Frédéric Lefebvre et le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, demandent "aux fédérations professionnelles et à tous les acteurs de la filière de se mobiliser à travers des formations du personnel à l'hygiène et à la sécurité sanitaire des aliments".

Frédéric Lefebvre doit recevoir le 11 juillet les organisations professionnelles pour évoquer ce sujet.

"Les consommateurs notamment tous ceux qui sont en vacances doivent pouvoir aller tranquillement dans les établissements en sachant qu'on mène tous les contrôles et qu'on hésite pas quand il y a nécessité à prendre des mesures drastiques", a-t-il expliqué.

Les contrôles se poursuivront jusqu'au 31 août pour assurer la sécurité des populations dans le cadre de l'Opération Alimentaire Vacances, précisent les deux ministres dans un communiqué.

"Vu le nombre d'infractions relevées, on voit bien qu'il faut poursuivre notre action, et la filière améliorer les formations. C'est le sens dans lequel elle est déjà engagée", conclut le ministre.

"Si 9 restaurants sur 1.725 soit 0,5% des établissements contrôlés ont dû être fermés temporairement, les 1.716 autres peuvent poursuivre leur activité, après pour certains d?entre eux, avoir dû apporter des corrections dans leur mode opératoire ou dans l?aménagement de leurs locaux", souligne dans un communiqué le Syndicat national de l'alimentation et de la restauration rapide (SNARR).

Les adhérents du syndicat "n'ont pas attendu le bon vouloir des pouvoirs publics pour mettre en oeuvre les formations indispensables à des prestations saines et sûres", soulignent-ils, ajoutant qu'ils répondront à toute invitation du gouvernement.