Microsoft veut faire de sa Xbox 360 la base du divertissement familial

 Microsoft a fait un pas de plus dans sa stratégie visant le grand public pour sa console Xbox 360, en annonçant notamment un accord avec YouTube en marge de l'E3, la grand-messe annuelle du jeu vidéo à Los Angeles qui débutait mardi.Dernier arrivé sur le secteur, où il affronte les japonais Sony et Nintendo, le géant américain avait entamé cette ouverture fin 2010, grâce à Kinect, son système de jeux vidéos sans manette destiné à la console Xbox 360, et supposé séduire les non-joueurs.

Il a poursuivi cette démarche en signant par exemple un partenariat avec Google pour pouvoir afficher sur Xbox 360 les vidéos mises en ligne sur YouTube, qui rejoint le service américain de location et de diffusion de films à la demande sur internet Netflix, déjà présent.

Pour que l'utilisateur retrouve plus facilement son contenu sur sa machine, une version spécifique du moteur de recherche de Microsoft, Bing, a également été conçue.

Cet enrichissement des contenus s'accompagne d'une modification de l'interaction entre le joueur et sa console. A la manette va en effet succéder, de plus en plus, la voix, grâce au micro de Kinect.

Il était déjà possible de réaliser quelques actions sur Xbox 360 en les dictant à voix haute, uniquement en anglais et en espagnol, mais le groupe américain a cherché à enrichir cette fonctionnalité puisqu'il suffira de dire le nom d'un film présent sur la console pour qu'elle le lise.

"En additionnant la puissance de Kinect et l'intelligence de Bing, nous transformons la façon dont les gens se divertissent", s'est félicité Don Mattrick, vice-président de Microsoft.

"C'est notre vision du futur de la télévision. La télévision est encore plus incroyable quand vous êtes la télécommande", a renchéri Marc Whitten, directeur général du Xbox Live, la branche consacrée aux services en ligne.

Douze langues seront concernées d'ici la fin de l'année et d'autres pourraient suivre mais le groupe américain ne s'est pas montré plus précis.

Toujours grâce à Kinect, vendu plus de 10 millions d'exemplaires depuis novembre 2010, le joueur pourra scanner son corps pour être intégralement reproduit virtuellement en quelques instants, devenant à son tour un personnage de jeu.

"Avec notre console, Kinect et nos services en ligne, nous pensons que nous pouvons passer du statut de numéro un aux Etats-Unis à celui de numéro un mondial" des consoles de jeu vidéo, a affirmé Dennis Durkin, directeur des opérations pour la branche Xbox du groupe.

Les productions d'envergure présentées au cours de la conférence affichaient ainsi toutes leur compatibilité avec Kinect, à l'image du troisième volet du space-opera "Mass Effect" du studio BioWare ou du nouvel épisode de la simulation militaire "Ghost Recon", de l'éditeur français Ubisoft.