Les Bourses européennes terminent en petite hausse à la veille du sommet Sarkozy-Merkel

 Les Bourses européennes ont terminé en petite hausse lundi dans le sillage de Wall Street, les marchés poursuivant le rebond entamé en fin de semaine, et attendent beaucoup de la rencontre mardi entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.Les opérateurs restaient cependant tendus en attendant la rencontre entre le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel, mardi à Paris.

Ce sommet de crise est considéré comme crucial pour enrayer la spirale de défiance qui frappe la zone euro et qui s'est traduite par la pire tempête boursière depuis 2008.

Les deux dirigeants devront dépasser les divergences de positions et les différences d'analyses pour forger des solutions durables à la crise de la dette qui menace de faire exploser la zone euro.

Néanmoins, Berlin a déjà prévenu qu'il ne fallait pas s'attendre à du "spectaculaire" à l'issue de la réunion.

"Si rien n'est annoncé cela signifiera qu'il y a un profond désaccord entre Paris et Berlin et les marchés peuvent s'emballer de nouveau", avertissait Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Les Bourses de Milan et d'Athènes étaient fermées pour cause de jour férié.

L'Eurostoxx 50 a fini à 0,74%

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse, pour la 3e séance consécutive. Le CAC 40 s'est adjugé de 0,78% à 3.239,06 points dans un volume d'échanges très peu fourni de 2,323 milliards d'euros.

Le secteur financier a été le premier à bénéficier de ce regain de confiance. Crédit Agricole a signé la plus forte hausse du CAC 40 (+3,31% à 6,73 euros), suivi de près par Axa (+2,98% à 11,24 euros), Société Générale (+2,06% à 24,80 euros) et BNP Paribas (+0,81% à 37,52 euros).

A Londres, l'indice Footsie-100 a terminé sur des gains limités gagnant 0,57% à 5.350,58 points.

Parmi les valeurs en vue, le groupe d'ingéniérie et de services pétroliers Amec a grimpé de 4,80% à 949 pence après l'annonce du rachat du spécialiste norvégien des forages Aker Drilling par le suisse Transocean.

Les valeurs minières ont progressé, grâce au regain de confiance des intervenants. Fresnillo a pris 4,12% à 1.796 pence, Lonmin 2,92% à 1.200 pence et Kazakhmys 3,45% à 1.050 pence.

En revanche, les banques ont souffert des inquiétudes persistantes, Barclays perdant 2,06% à 183,35 pence, HSBC 0,83% à 547,2 pence et Royal Bank of Scotland 1,13% à 26,19 pence.

L'indice Dax de la Bourse de Francfort a fini en petite hausse de 0,41% à 6.022,24 points et le MDax des valeurs moyennes de 1,31% à 9.318,19 points.

L'action du numéro un de l'énergie EON a gagné 3,04% à 15,25 euros. Il s'apprête à céder son réseau de gaz, selon une source citée par l'agence Dow Jones Newswires.

Les valeurs bancaires se sont bien comportées, Commerzbank prenant 3,35% à 2,28 euros et Deutsche Bank 2,24% à 30,97 euros.

A Madrid, l'indice Ibex-35 a clôturé en hausse modérée de 0,71% à 8.709 points.

Les valeurs bancaires, très attaquées sur les marchés en début de semaine dernière, regagnaient du terrain.

La première banque espagnole Santander prenait 1,03% à 6,466 euros, BBVA 0,15% à 6,504 euros, et CaixaBank 0,77% à 3,535 euros.

Quelques valeurs étaient en baisse comme le groupe de BTP Ferrovial qui perdait 0,14% à 8,134 euros ou Gamesa, un des leaders mondiaux de fabrication d'éoliennes, qui cédait 0,81% à 4,034 euros.

La Bourse suisse a clôturé en hausse, pour la troisième séance consécutive, avec un indice SMI en progression de 1,37% à 5.324,73 points.

Selon les analystes, le marché bénéficie du reflux du franc suisse, qui a perdu du terrain face à l'euro et au dollar, après avoir atteint des sommets la semaine dernière.

Toutes les valeurs du SMI ont progressé, à l'exception de Nestlé, qui a reculé de 0,12%.

Les gagnants du jour sont Transocean qui a progressé de 6,25% et Zurich Financial Services à 3,62%.

Les bancaires se sont maintenues, avec +0,42% pour Credit Suisse et +1,46% pour UBS.

Richemont, numéro 2 mondial du luxe derrière LVMH, a progressé de 2,44%.

L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a fini en hausse de 0,59% à 2.276,41 points.

Le titre du bancassureur KBC a enregistré un gain de 3,06% à 21,53 euros et celui de l'assureur Ageas a progressé de 2,08% à 1,32 euro.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en hausse de 0,62% à 293,70 points.

Parmi les plus fortes hausses, le groupe de prospection géologique pour l'industrie pétrolière, gazière et minière Fugro a gagné 5,03% à 41,65 euros et le groupe sidérurgique Aperam, issu de la scission des activités d'acier inoxydable d'Arcelor Mittal, qui a affiché une progression de 3,02% à 13,82 euros.

A la baisse, le fabricant de systèmes de lithographie pour l'industrie des microprocesseurs ASML a perdu 2,31% à 24,52 euros et le groupe postal néerlandais PostNL a dévissé de 2,19% à 4,37 euros.

Le PSI-20, indice vedette de la Bourse portugaise, a fini en hausse de 2,07% à 6.330,65 points, poussée par un de ses principaux poids-lourds, le groupe électricien EDP, qui a bondi de 4,15% à 2,21 euros.

Avec 18 de ses 20 titres dans le vert, l'indice a profité des valeurs bancaires, la BCP progressant de 2,99%, la BPI de 2,46% et la BES de 2,40%.

Les Bourses des pays nordiques ont clôturé en hausse de plus de 1%, après une semaine en dents de scie.

L'indice OMX 30 de Stockholm a gagné 1,04%, l'OMX 20 d'Oslo 1,44% et l'OMX 20 de Copenhague 2,16%, tout comme l'OMX 25 d'Helsinki.