Le moral des industriels se dégrade en juillet

 Le moral des industriels français s'est nettement dégradé en juillet, les chefs d'entreprises se montrant plus pessimistes sur leur activité, selon l'indice de l'Insee publié vendredi.L'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie s'est replié de cinq points, tombant de 110 points en juin, à 105 points en juillet.

Il reste néanmoins au-dessus de sa moyenne de longue période, fixée à 100 points, sous laquelle il s'était enfoncé en 2008 avec la crise pour ne la dépasser à nouveau que fin 2010.

De son côté, l'indicateur du climat des affaires global a également perdu quatre points, avec une dégradation dans presque tous les secteurs.

Les entrepreneurs de l'industrie manufacturière estiment que leur activité passée a sensiblement ralenti, mais le solde d'opinion reste néanmoins supérieur à sa moyenne de longue période.

Les stocks de produits finis sont encore jugés faibles. Les carnets de commande globaux comme étrangers, se dégarnissent, mais sont encore jugés étoffés.

L'activité au cours des prochains mois pourrait encore ralentir, selon l'Insee: en effet, les perspectives personnelles de production diminuent en juillet. Elles restent toutefois supérieures à leur moyenne de long terme.

Les perspectives générales, qui reflètent l'opinion des industriels sur l?activité dans son ensemble, se dégradent de nouveau.

Dans les industries de l'agroalimentaire, l'activité des derniers mois est restée assez soutenue, détaille l'Insee.

Dans les équipements électriques, électroniques, informatiques et machines, l'activité passée a ralenti, mais est restée soutenue.

Dans la branche automobile, l'activité passée a en revanche fortement ralenti et retrouve ainsi un rythme de croissance proche de la moyenne. Les stocks de produits finis sont toujours considérés comme très bas. Les perspectives personnelles de production se replient assez nettement: l'activité pourrait encore ralentir au cours des prochains mois, selon l'Insee.

Dans les autres secteurs de l?industrie manufacturière, comme la chimie et la métallurgie, l'activité passée a ralenti, mais est restée soutenue.