Le CAC 40 finit en nette hausse, anticipant le vote du Parlement grec

 La Bourse de Paris a terminé mardi en nette hausse (+1,46%), anticipant un vote favorable du Parlement grec sur le nouveau programme d'austérité même si la prudence reste de mise.Le CAC 40 s'est adjugé à la clôture 55,34 points à 3.851,89 points.

Sur les autres places européennes, Francfort a pris 0,88%, Londres 0,78% et l'Eurostoxx 50 0,99%.

"Les opérateurs ont pris très peu de risques cette séance, comme l'atteste le volume d'échanges peu étoffé de 3,055 milliards" d'euros, a souligné Frédéric Rozier, gérant d'actions chez Meeschaert gestion privée.

"On anticipe quand même l'adoption par le Parlement grec du nouveau programme d'austérité", et cette confiance a servi de catalyseur pour faire rebondir le marché parisien, a-t-il ajouté.

L'adoption de ces mesures, vivement contestées dans la rue, est déterminante pour la poursuite du soutien financier à Athènes par ses créanciers et le versement d'une tranche d'argent frais dès juillet, tout autant que pour l'avenir et l'intégrité de la zone euro.

Le débat parlementaire ouvert lundi durera jusqu'à jeudi. Il se déroule dans une ambiance survoltée en Grèce, où coupures d'électricité et perturbations dans les transports et services publics vont rythmer la semaine.

La Commission européenne a accru la pression sur le Parlement hellène en prévenant que le vote de ce programme était "le seul moyen" pour le pays d'éviter une faillite immédiate, et qu'il n'y avait "pas de plan B".

Les indicateurs économiques américains sont passés au second plan. Ils sont ressortis en-deçà des prévisions mais n'ont pas affecté le marché, ont noté les analystes du courtier Aurel.

La confiance des consommateurs en juin a reculé pour le deuxième mois consécutif plus fortement que ne l'anticipait les analystes et l'immobilier reste le talon d'Achille de la première économie mondiale: les prix des logements ont baissé pour le dixième mois d'affilée en avril, selon l'enquête Case-Shiller publiée par Standard and Poor's.

Du côté des valeurs, les bancaires ont soutenu la tendance, le marché anticipant de réelles avancées dans le dossier grec dans les prochains jours. Crédit Agricole a terminé en hausse de 3,56% à 9,98 euros suivi par Société Générale (+3,03% à 38,81 euros) et BNP Paribas (+1,93% à 51,13 euros).

Carrefour a pris 3,74% à 27,44 euros, malgré un abaissement de sa note d'un cran à "BBB+" par Fitch, qui n'exclut pas de l'abaisser encore à l'avenir.

Le groupe envisage de fusionner sa filiale brésilienne avec le numéro un de la distribution dans ce pays, CBD Pao de Açucar, dont Casino est l'un des grands actionnaires. Ce dernier a décroché (-5,61% à à 62,20 euros) dans le sillage de cette annonce.

Accor (+4,51% à 29,87 euros) a profité du relèvement de recommandation d'Exane BNP Paribas à "surperformer" contre "neutre" auparavant, a indiqué une source de marché.

EADS a gagné du terrain (+2,22% à 22,54 euros), bénéficiant de la nouvelle commande par la Chine de 88 appareils de la famille des A320 auprès de sa filiale, l'avionneur européen Airbus.

Hors CAC 40, Teleperformance a chuté de 8,11% à 19,14 euros après avoir revu à la baisse ses attentes en matière de rentabilité opérationnelle.

Soitec, présent dans les composants électroniques et l'énergie solaire, a perdu 9,77% à 7,13 euros, pénalisé par le lancement d'une augmentation de capital, entièrement garantie, de 150 millions d'euros, qui bénéficie du soutien du Fonds stratégique d'investissement (FSI).

Saft, qui avait beaucoup chuté depuis ses démêlés judiciaires avec son partenaire américain Johnson Controls (JCI), a repris des couleurs (+3,51% à 23,02 euros) grâce à plusieurs recommandations positives d'analystes.