La Bourse de Paris signe une belle séance (+2,04%), optimiste sur la Grèce

 La Bourse de Paris a nettement rebondi mardi, terminant en hausse de 2,04%, dans un marché qui s'est voulu optimiste sur le fait que le Parlement grec accordera sa confiance au nouveau gouvernement Papandréou pour la mise en oeuvre de son programme d'austérité budgétaire.Le CAC 40, l'indice vedette de la place parisienne, s'est adjugé 77,41 points à 3.877,07 points dans un volume d'échanges peu étoffé de 2,844 milliards d'euros.

"Le marché s'est voulu résolument optimiste, tablant sur le fait que les parlementaires grecs voteront d'une seule voix le vote de confiance au gouvernement" de Georges Papandréou, a résumé Arnaud de Champvallier, gérant d'actions chez Turgot Asset Management.

"Si jamais ce n'était pas le cas, la gueule de bois sera très sévère", a-t-il averti.

Le Premier ministre grec doit obtenir dans la nuit de mardi à mercredi la confiance du Parlement pour l'adoption d'un plan de rigueur impopulaire, mais dont dépend le versement d'une nouvelle tranche d'aide financière par ses partenaires européens et le FMI.

Les indicateurs publiés outre-Atlantique ont aussi contribué à rassurer les investisseurs. Les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont certes baissé en mai, mais légèrement moins que ne le craignaient les analystes.

Enfin, la réunion du Comité de politique monétaire de la banque centrale des Etats-Unis (Fed) a débuté ce mardi et se terminera mercredi.

A l'issue de ce rendez-vous, la Fed devrait confirmer que son programme de rachats supplémentaires de titres du Trésor, qui doit s'achever le 30 juin, ne sera pas suivi de nouvelles mesures de relance.

Du côté des valeurs, le secteur bancaire a repris de belles couleurs dans l'attente du vote de confiance demandé par le nouveau gouvernement grec. Société Générale s'est adjugé 3,64% à 40,17 euros, Crédit Agricole 3,25% à 10,32 euros et BNP Paribas 2,57% à 53,08 euros.

Renault a gagné 2,92% à 38,07 euros après avoir annoncé le lancement en Inde au second semestre 2012 du 4x4 à bas coût de sa filiale Dacia, le Duster.