La Bourse de Paris se redresse

 La Bourse de Paris s'inscrivait en hausse mardi (+0,80%) lors des premières transactions, dans un marché toujours dominé par le dossier grec, mais qui se montre plus confiant et parie sur le prochain déblocage du prêt à Athènes.A 09H20 (07H20 GMT) l'indice vedette gagnait 30,68 points pour s'inscrire à 3.829,35 points.

Lundi le marché parisien a terminé en baisse (-0,63%), déçu par le manque d'avancées sur le dossier grec. Mais les opérateurs à Wall Street lundi soir et ceux en Asie ce matin se montraient plus confiants sur ce dossier, s'attendant à ce que la Grèce vote son nouveau plan d'austérité et reçoive ainsi sa nouvelle tranche de prêt.

"La Grèce devrait finalement recevoir son aide, sa prochaine tranche de prêt", de quelque 12 milliards d'euros, estiment les analystes de IG Market.

"Les risques demeurent sur la Grèce mais le moral, dans les salles de marché, est devenu plus positif", renchérissent les analystes du Crédit Agricole.

A l'appui de ce sentiment plus optimiste, les propos tenus par les ministres des finances de la zone euro qui ont fixé au 3 juillet leur nouvelle réunion pour finaliser l'aide à la Grèce. Ils espèrent que d'ici là le Parlement grec aura entériné un nouveau train de mesures d'économies et de privatisations.

Parallèlement, ils ont fait miroiter des aides supplémentaires à plus long terme, qui pourraient représenter une centaine de milliards d'euros et dont les grandes lignes sont aussi attendues pour début juillet.

Autant de raisons de rassurer quelque peu les investisseurs même si le contexte reste très fragile.

"Nous considérons que les Grecs continueront de mettre en oeuvre ce qui leur est demandé afin d'obtenir le financement nécessaire", souligne la note du Crédit Mutuel-CIC.

Saint-Gobain progressait de 0,56% à 41,55 euros au lendemain de l'annonce du report de l'introduction en Bourse de sa filiale Verallia.

Soutenus par le regain de confiance sur le dossier grec et l'éloignement des perspectives de faillite, les valeurs bancaires reprenaient du poil de la bête: Société Générale notamment qui progressait de 1,34% à 39,28 euros, suivi par BNP Paribas (+0,93% à 52,25 euros) Crédit Agricole (+1% à 10,1 euros).

Maurel et Prom se distinguait à la hausse (+ 3,11% à 16,89 euros), le marché saluant la vente de sa filiale de forage Caroil au canadien Tuscany en échange de 120 millions de dollars en numéraire et de 29% du capital du repreneur.

Même Carrefour, pourtant sous forte pression, réussissait à se raccrocher au train de hausse et gagnait 0,58% à 26,99 euros. Le titre sera sous les feux des projecteurs alors que se tient son assemblée générale où les actionnaires doivent se prononcer sur le projet de scission totale de la filiale de hard discount Dia.

Aucune valeur du CAC 40 n'était dans le rouge.