La Bourse de Paris s’enfonce sous les 3.800 points, minée par la Grèce

 La Bourse de Paris évoluait en nette baisse (-0,92%) sous le seuil des 3.800 points jeudi matin, doublement minée par l'insoluble crise grecque et des craintes de ralentissement économique.A 09H26 (07H26 GMT), l'indice vedette cédait 35,08 points à 3.771,77 points.

"On a le cocktail parfait pour faire paniquer les marchés: une crise financière et une crise politique en Grèce et un affrontement entre les pays Européens qui ne parviennent pas à un accord", commentent dans une note les analystes d'Euroland Finance.

Alors que la situation de la Grèce s'enlise, les marchés financiers cèdent à la panique. Preuve en est, l'indice Vix qui mesure la volatilité a fortement rebondi mercredi, séance où le CAC 40 a perdu 1,49%.

Face à la montée de la contestation dans son pays, le Premier ministre grec Georges Papandreou a proposé sa démission, qui a été refusée, avant d'annoncer un remaniement de son gouvernement qui aura lieu ce jeudi.

La séance s'annonce donc sous haute tension d'autant plus que sur le plan macroéconomique, des indicateurs de poids sont attendus aux Etats-Unis.

Aux traditionnelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage, il faudra ajouter les mises en chantier de logements en mai à 14H30, suivi par l'activité dans la région de Philadelphie, au mois de juin à 16H00.

Ce dernier indicateur sera particulièrement suivi après l'activité dans la région de New York --publié la veille-- qui a chuté brutalement.

La plupart des valeurs du CAC 40 étaient dans le rouge, à l'exception d'EADS (+0,30% à 21,73 euros) qui profite du repli de l'euro et des nombreuses commandes annoncées avant le salon du Bourget, et de GDF Suez (+0,13% à 23,99 euros).

A l'inverse, les bancaires étaient à la peine: Société Générale enregistrait la plus forte baisse du CAC 40 (-3,44% à 37,44 euros), suivi par Crédit Agricole (-2,47% à 9,66 euros). BNP Paribas lâchait 2,32% à 50,11 euros.

Carrefour cédait 2,49% à 28,03 euros, les analystes d'UBS recommandant désormais de vendre le titre.

Hors CAC 40, Areva repartait nettement à la baisse après un rebond de près de 7% la veille. Selon La Tribune, l'Elysée va nommer un des quatre membres du directoire du groupe nucléaire public à la place d'Anne Lauvergeon qui ne bénéficiera pas d'un troisième mandat.