La Bourse de Paris grimpe (+2,10%), un accord à Bruxelles se profile

 La Bourse de Paris évoluait en forte progression jeudi après-midi, gagnant 2,10%, les valeurs bancaires tirant l'indice vers le haut, portée par la perspective d'un accord européen pour réduire la dette de la Grèce.A 16H38 (14H38 GMT), le CAC 40 prenait 78,75 points à 3.833,35 points, dans un volume d'échange de 3,449 milliards.

Le marché parisien vit une séance très erratique, qui l'a vu perdre plus de 1% à la mi-journée avant d'opérer un redressement spectaculaire une fois connu les grandes lignes d'un projet d'accord à Bruxelles.

Le sommet, qui réunit les principaux dirigeants européens, s'est ouvert à 13H00 et devrait s'achever dans la soirée.

Selon un projet d'accord, la zone euro compte allonger de 7 ans et demi à 15 ans au minimum la durée de ses prêts aux pays en difficulté comme la Grèce, l'Irlande et le Portugal, et réduire le taux d'intérêt qu'elle leur demande de 4,5% à 3,5%.

Il inclura en outre de nouveaux prêts de la part de la zone euro et du FMI qui pourraient atteindre 71 milliards d'euros, selon des sources diplomatiques, mais aussi une contribution des créanciers privés du pays, banques, compagnies d'assurance et fonds d'investissement.

"Il n'y a pas pour l'heure rien d'officiel. Il faut rester prudent mais si c'était tel que présenté, ce serait encourageant. Ce serait bien d'avoir plus de détails", a commenté Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Les valeurs bancaires, secouées en début de séance à l'approche du sommet, s'envolaient, d'autant que l'introduction d'une taxe bancaire pour aider la Grèce, un temps envisagée, notamment par la France, semble écartée.

Dexia prenait 9,73% à 2,07 euros, Société Générale 7,11% à 38,56 euros, Crédit Agricole 6,36% à 9,38 euros, Natixis 5,98% à 3,38 euros et BNP Paribas 5,57% à 49,57 euros.

Les investisseurs ont fait passer au second plan les indicateurs américains dont la hausse de l'activité industrielle autour de Philadelphie pour juillet et de l'indice composite des indicateurs pour juin tout comme la remontée du nombre de nouveaux chômeurs inscrits la semaine dernière.

De nombreux résultats d'entreprises animaient le marché, à l'instar de Plastic Ominum (+10,37% à 25,97 euros) et Ubisoft (+7,11% à 6,34 euros).

Publicis (-0,49% à 37,66 euros) ne trouvait pas grâce aux yeux du marché, les investisseurs jugeant la rentabilité décevante.

Enfin, Alcatel-Lucent était pénalisé (-1,46% à 3,57 euros) par les résultats inférieurs aux attentes au deuxième trimestre de l'équipementier télécom suédois Ericsson.