L’or s’envole à un nouveau record à plus de 1.680 dollars l’once

 L'or a enregistré jeudi un nouveau record, pour la première fois au-dessus de 1.680 dollars l'once, soutenu par une ruée des investisseurs vers la sécurité que représente le métal jaune dans un contexte d'inquiétude accrue pour la conjoncture économique mondiale.Le cours de l'once d'or a atteint 1.681,72 dollars, un niveau inédit. Il s'est ensuite replié pour s'établir à 1.655,40 dollars vers 19H05 GMT.

L'once de métal jaune, qui s'était hissée la veille au-dessus de 1.670 dollars pour la première fois de son histoire, a reçu jeudi un nouveau coup de pouce avec les commentaires prudents du président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, sur les perspectives de l'économie de la zone euro.

L'annonce par M. Trichet d'une reprise des interventions de l'institution sur le marché obligataire pour tenter d'éteindre les feux de crise de la dette en zone euro semblait en outre ne pas calmer les marchés.

Aux Etats-Unis, les investisseurs étaient fébriles à la veille de la publication du rapport mensuel sur l'emploi et le chômage, indicateur majeur pour évaluer la santé de la première économie mondiale qui montre elle aussi des signes de faiblesse depuis quelques semaines.

"Des deux côtés de l'Atlantique, les nouvelles alimentent les inquiétudes pour la stabilité de l'économie mondiale, ce qui soutient l'envolée de l'or", a commenté Ross Norman, analyste du courtier londonien Sharp Pixley.

Dans ce contexte d'incertitude renforcée, les investisseurs achètent en masse du métal jaune, considéré comme une valeur refuge par excellence.

Toutefois, le tumulte des marchés financiers a fini par atteindre également le marché de l'or, qui a été pris dans le tourbillon des ventes massives de matières premières en fin de journée.

Les investisseurs veulent des liquidités, a expliqué Rich Ilczyszyn de MF Global, à l'image du phénomène observé en 2008 pendant la crise financière au cours de laquelle les prix de l'or avaient reculé.

"La réaction, c'est de tout vendre", a ajouté l'analyste.

La peur a saisi les marchés jeudi, envoyant les places européennes et Wall Street en baisse de plus de 3%.