L’euro continue à monter face au dollar après le discours de Bernanke

 L'euro continuait à monter lundi, passant au dessus des 1,45 dollar, sur sa lancée de vendredi après le discours du patron de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, durant le lequel il n'a rien annoncé de concret.Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris) la monnaie européenne valait 1,4533 dollar contre 1,4490 dollar vendredi vers 21H00 GMT.

L'euro se renchérissait aussi face à la monnaie nippone à 111,43 yens contre 111,09 yens la veille.

Le dollar se maintenait lui face au yen à 76,68 yens contre 76,65 yens vendredi.

Le discours de Ben Bernanke vendredi a été suivi d'une grande volatilité sur le marché des changes. Le patron de la Fed n'a donné aucun signal indiquant que l'institution souhaitait lancer de nouvelles mesures de relance de l'économie. Il ne les a pas non plus exclues.

M. Bernanke a estimé que "les bases de la croissance" étaient toujours là aux Etats-Unis, malgré la persistance de "risques" pesant sur l'économie, et a dit penser que la progression du produit intérieur brut (PIB) "devrait s'améliorer" au second semestre.

"L'appréciation du risque s'est dans l'ensemble améliorée, mais les taux élevés (des obligations américaines) et la cherté de l'or suggèrent que les marchés sont divisés quant aux perspectives de mesures supplémentaires", indique la National Australia Bank dans une note.

"Ca ne durera probablement pas et (les marchés) devraient choisir leur camp", ajoute la banque.

"La réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) a été étendue à deux jours. Ce qui suggère que les possibilités d'un assouplissement monétaire sont élevées", est-il également indiqué dans cette note.

Du côté de la monnaie japonaise, les échanges restaient calmes, dans l'attente de l'élection du nouveau Premier ministre japonais. Lundi matin, le ministre des Finances en place, Yoshihiko Noda a été désigné par le parti au pouvoir pour succéder à Naoto Kan.

"Cette élection ne devrait pas changer la politique de change actuelle" du Japon, a estimé Masafumi Yamamoto de Barclays Bank à Tokyo.

Le Japon est victime depuis plusieurs mois de la cherté du yen, perçu comme une valeur refuge, dont les niveaux élevés pénalisent ses exportations et affaiblissent la reprise économique de l'archipel après le tremblement de terre, le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima.

Vers 06H00 GMT, le franc suisse poursuivait sa baisse face à l'euro à 1,1748 franc suisse pour un euro, comme face au dollar à 0,8084 franc suisse pour un dollar.

La livre britannique reculait face à l'euro à 88,70 pence, mais montait face au dollar à 1,6385 dollar.