L’AMF a ouvert une enquête sur les rumeurs qui ont touché Société Générale

 Le président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé vendredi que le gendarme boursier avait ouvert une enquête sur les rumeurs dont a été victime ces derniers jours la Société Générale, qui a vu son titre s'effondrer mercredi.L'AMF "a ouvert une enquête sur les rumeurs qui ont touché la Société Générale cette semaine", a indiqué Jean-Pierre Jouyet, sur RTL.

La banque avait elle-même demandé mercredi à l'AMF d'enquêter sur "l'origine de ces rumeurs" qui portent "gravement atteinte à l'intérêt de ses actionnaires", selon les termes employés par Société Générale.

Mercredi, le titre avait clôturé sur une chute de 14,74% après s'être écroulé de 22,5% en séance, en raison de rumeurs alarmistes sur sa santé financière, très vite démenties "catégoriquement" par la banque.

L'ensemble du secteur bancaire a subi des attaques en Bourse cette semaine, conduisant l'AMF à interdire jeudi soir les ventes à découvert sur les titres des banques et assurances cotés en France, pour 15 jours.

"J'ai un pourvoir d'ugence que j'ai utilisé hier (jeudi, ndlr)", a rappelé M. Jouyet, qui a précisé qu'une décision sur les suites à donner à cette mesure, dont une possible prolongation, serait prise "au début du mois de septembre" par le collège de l'AMF.