Grèce: le plan européen pourrait constituer un défaut, selon Sandard and Poor’s

 Le plan discuté par les autorités européennes et le Fonds monétaire international (FMI) pour alléger le fardeau de la dette grecque pourrait constituer un défaut de paiement, a affirmé lundi l'agence de notation Standard and Poor's.Les scénarios imaginés par les créanciers, notamment français, pour contribuer au nouveau plan d'aide à la Grèce "conduiraient probablement à un défaut de paiement selon nos critères", a indiqué l'agence de notation dans un communiqué.

Un plan proposé par la Fédération bancaire française (FBF) offre de réinvestir 70% des sommes remboursées par la Grèce au titre des obligations arrivant à échéance.

Sur ces 70%, seuls 50% seraient placés dans des titres grecs à 30 ans, les 20% restants étant conservés dans un véhicule de placement ad hoc à titre de garantie.

Une deuxième option engagerait les créanciers privés à réinvestir 90% des montants remboursés par l'Etat grec dans de nouvelles obligations à 5 ans.

Standard and Poor's juge que ces deux options conduiraient à un défaut de paiement car si elles ne constituent pas strictement un "échange" de dette, elles sont assimilables à une "quasi restructuration".

L'agence avait déjà considéré que ce défaut était imminent en abaissant le 13 juin de trois crans à "CCC" la note de la Grèce, soit l'une des notes les plus basses possibles dans sa classification.

"Bien que nous ne considérons pas les deux options présentées par la FBF comme étant strictement un échange (de dette), nous estimons que chacune d'entre elles tombe dans la catégorie d'une quasi restructuration au regard de nos critères", fait valoir Standard and Poor's dans ce communiqué.

En conséquence, si l'une de ces deux options devait être retenue, l'agence de notation déciderait d'abaisser la note de la Grèce pour la placer dans la catégorie "défaut sélectif", considérant de fait que le pays a "effectivement restructuré une partie, mais non la totalité, de sa dette obligataire".

L'agence souligne toutefois qu'une fois appliqué l'un ou l'autre de ces scénarios, une nouvelle note serait ensuite donnée à la Grèce reflétant l'évaluation du risque souverain grec.

Ce week-end, les Européens se sont donné plus de temps pour avancer sur ce deuxième plan de sauvetage à plus long terme, censé mettre la Grèce à l'abri des marchés jusque fin 2014.

Les grandes lignes étaient espérées en juillet, mais risquent de se faire attendre. Le principal point d'interrogation reste la contribution des banques et autres créanciers privés d'Athènes, les Européens cherchant précisément à éviter qu'elle ne soit considérée par les agences de notation comme un défaut de paiement.

"Les annonces de S&P devraient contraindre les Européens à revoir les accords en cours de discussion", estimait lundi un analyste du Crédit mutuel-CIC.