Fruits et légumes: Madrid et Paris feront des propositions en septembre

 Madrid et Paris vont proposer une mesure "forte" à la commission européenne pour réguler le marché européen des fruits et légumes en crise, après les attaques de camions espagnols en France, a affirmé samedi la ministre espagnole de l'Agriculture Rosa Aguilar.Mme Aguilar a aussi "exigé avec force que cessent les attaques contre les intérêts agricoles espagnols sur le sol français", à l'issue d'un entretien téléphonique avec son homologue français Bruno Le Maire, indique un communiqué de ses services.

"Rosa Aguilar soumettra en septembre à la commission européenne, avec le ministre de l'Agriculture français, une proposition forte sur les mécanismes de régulation des marchés des fruits et légumes", selon le texte.

Paris s'est pour sa part engagé à "prendre les mesures pour garantir pleinement la libre circulation et la sécurité des camions espagnols qui transportent les fruits et légumes sur son territoire", selon cette source.

Interrogé à Paris par l'AFP, le ministère français de l'Agriculture a indiqué avoir proposé à Mme Aguilar une réunion pour "travailler à des propositions communes pour une meilleure régulation des marchés des fruits et légumes".

Paris dit espérer que cette réunion puisse se tenir avant la réunion du conseil européen du 19 septembre. En attendant, M. Le Maire "appelle au respect des règles nationales et communautaires européennes", ont indiqué ses services.

Plusieurs manifestations de producteurs de fruits et légumes ont eu lieu ces derniers mois en France pour demander des mesures en faveur de la filière. Cette semaine, des manifestants ont intercepté dans le sud de la France des poids lourds remplis de pêches, nectarines, poires et figues espagnoles, ainsi que d'oranges d'Afrique du Sud, et renversé leur contenu sur la chaussée.

Ils dénoncent des produits à bas coûts qui ne respectent pas les normes.

Les producteurs français s'en prennent également aux cargaisons qui passent la frontière, sans destinataire et sans prix, à la recherche d'un acheteur, quitte à casser les prix et à entraîner le marché dans la chute.

Cette pratique, illégale, n'est pas le fait des seuls Espagnols. Les Français utilisent aussi ce procédé. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a réalisé récemment plusieurs contrôles, dont le bilan n'est pas encore connu.

M. Le Maire "a également demandé un bilan rapide des contrôles demandés sur le prix des fruits et légumes en France", a précisé le ministère.