Fnac: Bompard dévoile un « plan de conquête » à cinq ans

 Alexandre Bompard, PDG du distributeur de produits culturels et technologiques Fnac, a dévoilé mardi un plan stratégique à cinq ans, six mois après son arrivée, misant sur une extension de l'offre, sur la clientèle familiale et sur une "relation client privilégiée"."Ce n'est pas un plan d'habillage, ni de réduction de coûts, c'est un plan ambitieux de conquête, qui va nécessiter des investissements", a indiqué à l'AFP M. Bompard, sans chiffrer ces investissements.

"Mon souhait, c'est que le plan produise ses premiers effets à la fin de l'année 2012, que cela s'accélère à partir de 2013 et qu'on arrive à partir de là à une croissance tangible et pérenne de notre chiffre d'affaires", a-t-il expliqué.

Il prévoit d'élargir le réseau de magasins, avec l'ouverture d'une trentaine de points de vente, notamment en périphérie, mais aussi d'une cinquantaine de petits magasins de 300 mètres carrés, exploités d'abord en propre puis en franchise.

Le concept des magasins Fnac sera renouvelé. "Depuis toujours, ils sont organisés autour des produits. Demain, on va tirer parti de la convergence des contenus éditoriaux et des supports techniques, et substituer à une organisation par produits une organisation par univers d'usage", a-t-il indiqué.

Par exemple, pour la musique, le client trouvera dans un même espace "des CD, des vidéos musicales, une écoute en téléchargement et en +streaming+ via des barres numériques, des lecteurs MP3, du son, de la hi-fi", a-t-il indiqué. Cette démarche sera répliquée dans d'autres "univers".

Chaque magasin aura un "univers enfant", avec des produits culturels, ludo-éducatifs, techniques, des animations et des services comme la liste d'anniversaire. L'élargissement de l'offre concernera aussi à terme les loisirs liés à la découverte et l'évasion, la maison connectée, la maison interactive...

La Fnac cherchera aussi à mieux articuler les services délivrés dans ses magasins physiques et ceux de son site Fnac.com : retrait en magasin des commandes du web, information sur ces produits en magasin, ou encore accès aux offres du net en magasin, sur des bornes interactives.

Enfin, la Fnac veut proposer des services personnalisés innovants à ses adhérents: reprise de produits techniques ou abonnements avec substition lors

de l'arrivée d'une nouvelle génération de produits.

Pour le personnel, ce plan induira la "modification d'un certain nombre de nos métiers", a indiqué M. Bompard.

"A la rentrée, on va ouvrir un chantier d'adaptation des métiers, des compétences, des qualifications, dans le cadre d'une gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences en concertation avec les partenaires sociaux".

La Fnac, fondée en 1954 par Max Théret et André Essel, compte actuellement 82 magasins en France et 70 à l'étranger.

Son modèle économique est bousculé par le développement du numérique, de l'internet et du e-commerce. Au premier trimestre, ses ventes ont reculé de 2,4% (-4% en France).

La Fnac fait partie des actifs de la distribution que sa maison mère PPR souhaite céder. PPR "gèrera la Fnac jusqu'au dernier jour comme si elle avait vocation à rester dans son périmètre", a assuré M. Bompard.

"Pour l'instant, ce plan est très flou et repose sur beaucoup de +com+. En plus, il prévoit des univers. Nous, nous sommes convaincus que le client qui vient en magasin ne cherche pas un univers, il vient chercher un livre ou un disque, c'est tout", a déclaré à l'AFP Christian Lecanu, délégué central CGT.

"Sur l'emploi, il nous parle en termes très voilés de flexibilité, d'employabilité... De toute façon, on n'est pas très confiants, les efforts jusqu'à présent sont plutôt surtout concentrés sur des diminutions d'effectifs", a ajouté le cégétiste.

Alexandre Bompard avait quitté en novembre la direction de la radio Europe 1 pour prendre la tête de la FNAC.