Espagne: « nous atteindrons l’objectif d’un déficit à 6% » du PIB en 2011, annonce Zapatero

 Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a assuré jeudi que le pays "atteindr(a) l'objectif d'un déficit à 6%" du PIB en 2011, comme il s'y est engagé, estimant cet objectif tenable sans nouvelles mesures d'austérité.Les chiffres budgétaires du premier trimestre "sont très satisfaisants" en ce qui concerne l'Etat central et "moins satisfaisants" pour les 17 régions autonomes, qui "doivent continuer à faire des efforts", a-t-il reconnu lors d'un entretien à la radio publique espagnole

"Nous sommes en position d'affirmer que nous remplirons l'objectif de déficit qui est de 6%" du PIB pour 2011, a-t-il assuré.

Interrogé sur la nécessité d'adopter de nouvelles mesures d'austérité, M. Zapatero a répondu "non. Il n'y a aucune prévision de cette nature".

Selon les chiffres publiés mardi par le ministère de l'Economie, le déficit budgétaire de l'Espagne s'est fortement réduit sur les quatre premiers mois de l'année, l'Etat continuant de réduire les dépenses, mais seule la moitié des 17 régions autonomes présentent un déficit conforme à l'objectif.

Le déficit budgétaire, qui ne comptabilise que celui de l'Etat, excluant les régions, représentait 2,450 milliards d'euros à fin avril, soit 0,22% du PIB, en baisse de 53% par rapport à la même période de 2010 (0,5% du PIB).

Il s'était déjà fortement réduit sur les trois premiers mois de l'année.

Le déficit cumulé des 17 régions atteint quant à lui, au premier trimestre, 0,46% du PIB, mais seule "la moitié des régions présentent une évolution conforme aux objectifs de déficit pour cette année (1,3% pour les régions)", a souligné le ministère.

Le fort endettement (environ 105 milliards d'euros) des régions espagnoles qui bénéficient d'un haut degré d'autonomie, est source d'inquiétudes pour les marchés qui craignent que cette situation ne compromette l'objectif du gouvernement central de réduire son déficit à 6% du PIB en 2011, puis 3% en 2013, après 11,1% en 2009.

Tandis que le gouvernement central, grâce à son processus d'assainissement de ses comptes, a atteint fin 2010 un niveau de déficit (9,24% du PIB) légèrement meilleur que prévu, le déficit des régions a grimpé à 2,83% du PIB après 1,92% en 2009, dépassant largement l'objectif officiel de 2,4%.