Dette américaine: Obama appelle les deux partis à sceller un compromis

 Le président Barack Obama a appelé vendredi ses alliés démocrates et ses adversaires républicains à sceller un compromis pour éviter un défaut de paiement aux Etats-Unis d'ici à mardi, notant que les positions des deux partis au Congrès n'étaient pas si éloignées.Lors d'une courte intervention depuis la Maison Blanche, M. Obama a aussi souligné l'urgence de la situation et appelé les Américains à "maintenir la pression" sur leurs élus à Washington pour qu'ils trouvent une solution rapide à la crise actuelle.

Au lendemain du report d'un vote sur un plan de relèvement du plafond de la dette à la Chambre des représentants, M. Obama a rappelé que ce texte n'avait de toute façon "aucune chance" de devenir une loi, vu l'opposition du Sénat et sa propre promesse d'y opposer son veto.

"Ce qui est évident à l'heure actuelle est qu'une solution pour éviter un défaut de paiement devra être soutenue par les deux partis" républicain et démocrate, a-t-il dit. "Il devra avoir le soutien de la Chambre et du Sénat. Et il y a de nombreuses façons de résoudre ce problème", a-t-il assuré.

"J'exhorte aujourd'hui les démocrates et les républicains du Sénat à se mettre d'accord sur un plan qui peut recevoir le soutien des deux partis à la Chambre, un plan que je pourrai promulguer d'ici à mardi", date butoir, selon le Trésor, après laquelle la première économie mondiale va risquer une cessation de paiements, a-t-il lancé.

"Gardez bien à l'esprit que ce n'est pas une situation dans laquelle les deux partis sont très éloignés. Nous sommes globalement d'accord sur le montant de dépenses que nous pouvons réduire de façon responsable, une première étape pour réduire notre déficit", a encore dit le président.

"Donc il y a de nombreuses façons de sortir de ce chaos. Mais nous n'avons presque plus de temps. Il nous faut parvenir à un compromis d'ici à mardi pour que notre pays puisse continuer à acquitter ses factures, comme nous l'avons toujours fait", a-t-il ajouté.

"Si nous ne faisons pas, nous pourrions perdre l'évaluation +AAA+ de notre dette" par les agences de notation, a souligné le président, en détaillant les conséquences funestes d'une telle éventualité pour les consommateurs.

"Donc, à tous les Américains, je dis (...) si vous voulez un compromis entre les deux partis, une proposition de loi qui peut être adoptée par les deux chambres du Congrès et que je pourrai promulguer, faites-le savoir à vos élus au Congrès", a dit M. Obama, réitérant son appel lancé lundi dernier lors d'un discours à la Nation.

"Appelez au téléphone, envoyez un courriel, +twittez+, maintenez la pression sur Washington. Et nous pourrons laisser cela derrière nous", a-t-il affirmé, en jurant que "notre administration va continuer à travailler pendant tout le week-end avec les démocrates et les républicains jusqu'à ce que nous trouvions une solution".