BNP Paribas en hausse, bénéfice net meilleur que prévu sans la Grèce

 Le titre de la banque BNP Paribas était en légère hausse mardi matin, son bénéfice net ayant progressé au deuxième trimestre, mais moins que prévu par les analystes qui n'intégraient toutefois pas dans leurs estimations la provision de 534 millions d'euros liée à la Grèce.A 10H38 (08H38 GMT), la valeur, très volatile depuis l'ouverture, prenait 0,29% à 43,80 euros, tandis que le CAC 40 perdait 0,36%.

Le bénéfice net de la banque a atteint 2,3 milliards d'euros au deuxième trimestre, soit une hausse de 1,1%.

Ce chiffre est inférieur aux estimations de Pierre Chedeville, analyste au CM-CIC Securities (2,203 milliards) et au consensus cité par ce dernier (2,186 milliards).

L'analyste prévient toutefois que le consensus "est présenté hors impact de la participation des banques au plan de sauvetage de la Grèce".

La provision liée à la Grèce atteint 560 millions d'euros au total pour BNP Paribas, dont 534 millions équivalent à une perte de 21% sur les 2,3 milliards d'euros de dette grecque arrivant à échéance avant le 31 décembre 2020 et concernée par le plan européen.

S'ajoutent 26 millions d'euros d'"effet négatif" de participations minoritaires dans des sociétés d'assurance qui détiennent de la dette grecque.

"Hors cet élément exceptionnel insignifiant par rapport à l'actif net comptable, les résultats du deuxième trimestre sont sensiblement au-dessus des attentes du consensus en raison d'une forte baisse du coût du risque", souligne M. Chedeville.

Le coût du risque est en hausse de 24,9% à 1,35 milliard d'euros au deuxième trimestre avec la Grèce, mais en baisse de 24,5% à 816 millions sans cet impact.

Sur la période, le produit net bancaire a reculé de 1,7%, à 10,98 milliards d'euros.

Le groupe peut s'appuyer sur de bons résultats dans la Banque de financement et d'investissement (BFI) dont le PNB est en hausse de 5,7% et le résultat courant avant impôt de 2,4%.

BNP Paribas a accusé des revenus en baisse dans les produits de taux (-12,2%) mais en nette hausse dans les actions (multiplié par 2,5).

La banque de détail se porte également bien avec un PNB en progression de 1,5% et un résultat courant avant impôt de 25,5%, tout comme le pôle "Investment Solutions" (respectivement +6,8% et +15,6%).

Au total, pour M. Chedeville, qui maintient son opinion à "acheter" et un objectif de cours à 75 euros, "la solidité opérationnelle (qui s'exprime notamment à travers la forte hausse du résultat courant avant impôt du pôle banque de détail) permet d'absorber le plan d'aide à la Grèce (dont le coût est moins important qu'estimé) relativement +facilement+".